ETTORE SOTTSASS TABLE BASSE ALICUDI ZANOTTA 1992 128X70CM

PRIX SUR DEMANDE

UGS : ATD5866 Catégories : , , , Étiquettes : , , , , ,

Ettore Sottsass (1917 2007) Table basse Alicudi en bois recouvert de mélaminé sérigraphié édité par Zanotta vers 1992. Dimensions 128X70X42cm. Cette lourde et jolie table est en parfait état.

Expédition par transporteur uniquement Sur devis.

Ettore Sottsass Jr. (né le 14 septembre 1917 à Innsbruck et mort le 31 décembre 2007 à Milan) est un designer italien, l’un des plus importants du xxe siècle. Né en 1917 en Autriche d’un père italien et d’une mère autrichienne, Ettore Sottsass rejoint dès le plus jeune âge l’Italie, berceau familial. Encouragé par son père architecte, qui fut lui-même l’élève d’Otto Wagner (5), il entreprend des études d’architecture au Politecnico de Turin où il obtient son diplôme en 1939. Il se positionne très tôt dans un rapport intellectuel et métaphysique à la création, influencé par Luigi Spazzapan, artiste et ami, qui apporte un contrepoint à sa formation académique. Après le traumatisme de la guerre, Ettore Sottsass s’installe à Milan et participe à l’aventure de la reconstruction ainsi qu’aux programmes de logements sociaux. Mais il se heurte rapidement aux contraintes matérielles et aux orientations politiques de l’époque, préoccupée d’efficacité. Persuadé que l’architecture ne peut se décréter d’en haut, il arrête pour un temps de l’exercer. Il confiera plus tard que pour être architecte, il faut être calme, avoir de la maturité et une sensibilité à la vie. À défaut de réaliser l’architecture dont il rêve, il préfère concevoir des objets architecturés. Il fonde alors en 1947 son agence de design à Milan, ville qu’il ne quittera plus. Grâce à sa curiosité, ce touche à tout infatigable et doué s’oriente tant vers la peinture que le graphisme, la création de meubles, de bijoux et de céramiques ; ces pratiques se nourrissant l’une l’autre selon le principe d’une « fertilisation croisée ». Cette époque est, pour lui, celle des premières expérimentations où il va définir sa polyvalence. En 1956, sa rencontre avec Adriano Olivetti est providentielle et marque le début d’une relation paisible et durable avec l’entreprise italienne pour laquelle il devient designer-consultant (jusqu’en 1980). A ce titre il participe à la création d’Elea 9003, premier ordinateur italien qu’il traite comme un « paysage électronique » et pour lequel il reçoit le Compasso d’Oro en 1959. Puis il conçoit, entre autres, les machines à écrire Tekne 3, Praxis 48 et Valentine ainsi qu’un système de mobilier de bureau, Synthesis 45 (voir chapitre L’expérience fondatrice chez Olivetti). Au début des années 60, il collabore en tant que directeur artistique avec Poltronova, éditeur de mobilier contemporain (6). Durant cette période, deux voyages sont décisifs et fondateurs pour la suite de son travail. En 1961, il découvre l’Inde où les couleurs, les modes de vie et le rapport à la mort bouleversent sa vision du monde. En 1962, il se rend aux États-Unis pour se faire soigner d’une grave maladie : installé en Californie, il y découvre le Pop Art (7) qui interroge la société de consommation et ses objets et, grâce à sa femme Fernanda Pivano (Nanda), traductrice des auteurs de la « contre-culture » américaine, il rencontre les poètes et écrivains rebelles de la beat generation en quête d’une nouvelle spiritualité. De ces expériences, tant mentales que physiques − son « voyage matriciel » en Inde et sa guérison − naissent notamment les séries des Céramiques des ténèbres (1963) et des Céramiques des lumières (1964). De ces chocs culturels simultanés, il en vient à reconsidérer l’aspect social et politique de la production des objets et du design, ce qui le place dans une complicité naturelle avec l’avant-garde italienne, véritable creuset de revendications. Actif au sein des mouvements radicaux de l’Anti-design (voir chapitre Anti-design et mouvements radicaux), il participe en 1972 à l’exposition qui fera date, Italy : The New Domestic Landscape, organisée par le Musée d’Art Moderne de New York (MoMA). Après une brève collaboration en 1979 avec le groupe Alchimia et son fondateur Alessandro Mendini, il fonde en 1981, à l’âge de 64 ans, le groupe Memphis et la société Sottsass Associati.